Partagez | 
 

 Un Coin pour Mourir [Kaito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Pirate
Yuriy Yesta
avatar
Messages : 207
Date d'inscription : 25/04/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Dorikis : 1787
MessageSujet: Re: Un Coin pour Mourir [Kaito]   Mar 5 Juil - 9:45






Un Coin pour Mourir







Impensable. Il était bel et bien impossible à pourfendre. Autant son corps semblait "simple", banal de composition, un bras pouvant être arraché et un orifice béant pouvant être creusé en plein milieu de son torse. Autant cette malédiction m'échappait totalement. Il survivait à chaque fois, dépourvu d'hémoglobine ou de sensations quelconque de douleurs. C'était cet intriguant Kaito. Je ne savais pas encore ce qu'il était mais, sa gestuelle, son raisonnement et bien d'autres facteurs m'intriguaient énormément chez cet homme. Au-delà du fait que je voulais prouver ma suprématie ici, un miracle je disais, se produisant, contraignant cette action. Au-delà du fait que je me retrouvais ici devant le seul ennemi ayant résisté à mes assauts avec une telle légèreté. Au-delà de tout cela, je ne pouvais m'empêcher de me questionner sur ses origines, l'alpha de ce "Monstre".


Kaito le Non-Mort ou l'Immortel, c'était comme cela que l'opinion populaire le nommait, une réputation qu'il n'avait cependant pas usurpé. Comment ? Pourquoi ? Qui était-il avant tout cela ? Aucune véritable idée. C'était pour en savoir plus sur ce personnage que j'avais renoncé après mes quelques interventions, allant jusqu'à me présenter, lui lancer ma quête tout en lui demandant concrètement ce qu'il constituait. Le "Monstre" de la Prison de Luvneel resta vague. L'homme aux cheveux rouges allant à la quête de son bras perdu, enseveli sous quelques gravas, ne répondit pas clairement à mes exigences, posant une autre question par-dessus la mienne. Cependant, ses paroles montrant alors une première facette de cet homme. Que cette capacité soit un pouvoir ou une malédiction, ce Kaito en était victime. Il ne la désirait pas.


C'était peut-être la cause de ces assauts répétés sans pour autant se défendre en retour selon les dires. De sa coopération avec les bourreaux du Royaume de Luvneel ou avec ma personne, à certains moments. Martyr ? C'était peut-être bien le cas. La neutralité s'affichant sur mon faciès, arquant pourtant un sourcil en entendant la voix de l'homme, il enchaina très rapidement. Il s'était recousu le bras avec une telle vélocité que cela ne faisait plus aucun doute quant à sa profession. Sûrement un Médecin ou un Chirurgien de grand talent, il se mit à nouveau sur ses jambes, comme à l'affût d'un départ. Il m'avoua de façon détourné d'être beaucoup plus âgé que ce qu'il laissait paraître à l'instant, ce qui ne m'étonna pas, le fait "coulant de sens" comme le dit l'expression. La partie la plus intéressante de la Conversation se déroulant ainsi à ce moment.


Il avait percé mon individualité à jour et m'avait révélé appartenir à la même caste. Un maudit des mers par ces fameux Fruits du Démon. Un Fruit qui procurait l'immortalité ? Je n'avais encore jamais vu de telles capacités octroyés par ce genre de moyen. Ayant été Souverain, fils d'un Grand Roi, j'avais une connaissance assez bonne de certains Fruits, puissants pour la plupart et inutile de mon point de vu pour d'autres. C'était comme cela que je sus le nom de celui que j'avais ingurgité, ce fameux Fruit de la Chaleur. Autant dire qu'un tel Fruit pour ma personne m'était complètement inconnue. Je devrais lui demander à l'avenir. Enfin, si celui-ci désire accepter ce que je comptais faire, ce fameux Plan de Secours. Il me demanda par la suite de revenir quand j'aurais cette force capable d'anéantir son corps, le disjoindre devant suffire selon ses propos.


Un fait que je trouvais étrange. Il y avait énormément d'incohérence ou de facteurs que je ne connaissais pas, si Kaito était véridique. Ils avaient essayés de le noyer, survivant avec juste une incapacité à se mouvoir une fois submergée. Son corps en pièce, des brûlures, de grands bûchers. Les moyens aussi conventionnels avaient échoués, la disparition totale de son corps étant peut-être même inefficace. Si il s'agissait bien d'un Fruit du Démon, les pouvoirs que lui conférait celui-ci avait un aspect solitaire, une unicité que l'on ne retrouvait pas partout. Kaito parti alors à ce moment, passant juste à mon flanc, ma personne encore statique après tout cela. Je ne faisais que cogiter, pendant quelques secondes, voir minutes, le temps nécessaire à ce "Monstre" pour regagner sa geôle, paisiblement. Un temps que j'avais pris pour imaginer cette "suite", une décision qui me tarauda ainsi.


Je m'étais décidé en un instant, attrapant ma hache pour la glisser dans mon dos, attaché par des quelques lanières. Levant la tête, c'était par ce trou que nous avions conçus que je devais passer pour me faire "entendre". Faire entendre ma requête. Sans grande difficulté cependant. J'étais bien assez grand pour pouvoir y accéder d'un bond et d'une traction, de mes trois mètres quarante. Traversant ce couloir par lequel j'étais arrivé, les murs encore brûlants de ma démonstration. La porte d'acier au sol, j'avais pris un temps d'arrêt, avant de bondir directement devant cette entrée, une silhouette faisant obstruction à la lumière des bûches encore présentes. Une ombre qui pesait, l'individu qui la possédait animé d'une détermination telle.























« Je ne reviendrais pas, Kaito. »










« Car une fois que je serais parti sur "Grand Line", aucun retour ne sera toléré. »












J'avais fièrement évoqué ce pourquoi j'avais pris les armes et la mer en ce jour. Devenir le plus grand Souverain de ces mers était un bien trop grand objectif pour être réalisable ici, dans les Mers du Nord, paisibles comparés à ce qui m'attendait, à la "traversée". Grand Line était tabou en ces lieux, sur les Seas Blues. Bon nombre de pirates s'y étaient aventurés et bon nombre avaient péris ou étaient revenus, ravagés. Mon géniteur l'avait fait, quelque fois, pour participer aux "Rêverie" par exemple ou aux alliances qu'il entretenait avec de puissants pays. Il ne prenait cependant pas le risque que j'apprêtais à chevaucher, naviguant là-bas sous les couleurs de la Royauté, d'un Gouvernement. Etre Pirate en ces lieux demandait un certain doigté. Une force qui serait "l'assurance vie" de ceux qui avaient l'audace de s'y aventurer. Je m'estimais bien assez "résistant".


Pour autant, je n'allais pas faire la même erreur qu'avant. Mon pays avait succombé uniquement parce que j'étais seul, que je m'étais reclus. Je l'avais compris il y a peu et c'était pour cette raison que je m'étais mis en tête le recrutement d'homme d'exception, arrivant tout de même à la cheville de ma personne, pouvant supporter ce que je devais endurer pour "Gouverner". Des hommes capable d'affronter, d'assurer et de me soutenir qu'importe les décisions prises sur le "tas". Des individualités. Un Equipage unique. Une armée destructrice. C'était pour ce raisonnement que je m'étais présenté de nouveau devant ce "Monstre", m'avançant alors avant même que celui-ci ne puisse prononcer un mot, qu'importe. C'était une opportunité que je ne devais pas rater. J'allais le traîner de force, c'était ce genre de "Monstre" que j'affectionnais.






















« Et Grand Line ne peut être traversé, seul. »










« Sors d'ici, Kaito. »












Le tintement de ma hache dans mon dos, au fur et à mesure que j'avançais vers l'homme, scintillait de plus en plus, m'arrêtant net, mes pupilles d'or dans les siennes écarlates.












« Sors d'ici et viens avec moi, sur la Route de Tous les Périls, Grand Line. »










« J'ai besoin d'hommes uniques comme toi, à mes côtés. Un Roi sans Compagnon n'est rien. »












Le son de ma voix raisonna dans l'enceinte de cette prison, jusqu'aux oreilles de l'individu aux cheveux rouges. Il était clair qu'étant donné son état mental, sa résolution, aucun être n'avait eu le cran de lui demander une telle chose. Une sottise me direz-vous ? Il n'en était rien. Je ne le connaissais peut-être que très peu et inversement. Nous nous étions peut-être battu, dans une cohue sans précédente. J'avais eu l'objectif de le tuer et lui de mourir mais, il n'était jamais trop tard. Peut-être que ce Kaito allait changer d'avis, il fallait tenter le tout pour le tout après tout. Cet immortalité, cet être derrière "torturé" par sa propre capacité, en proie à son pouvoir m'intéressait. Il n'avait rien à y perdre, il semblait avoir déjà tout égaré. Quelle était ma garantie du non-refus du "Non-Mort" ? Je n'en avais pas. J'étais simplement venu foncièrement, franc par habitude.


J'étais celui qui dominerait un monde entièrement. Il n'y avait pas de place pour la crainte d'une confrontation quelconque. Fléchissant légèrement mes jambes veineuses, tendant la main vers celui-ci, assis au sol comme à son habitude, j'affichais cette neutralité qui faisait sûrement office de franchise. En réalité, c'était parce qu'aucune interrogation ne me taraudait. J'étais vaniteux, glorieux et sûr de ma personne. Sûr que l'Immortel me suivrait ainsi. Cet avenir glorieux me tendait les bras, son commencement débutant par le recrutement de cet homme écarlate. Une épopée incroyable imaginais-je. L'Histoire d'un Navire comportant de grands hommes à la solde d'un Grand Roi, l'élu parmi ceux de son titre. C'était ça. Kaito en était l'une des clés de ce succès, l'édifice à mes pieds et la porte ne demandait qu'à ne plus être scellée.













« Tu veux mourir ? Je ne suis peut-être pas en condition pour venir à bout de ta vie mais, peut-être que sur la Route de Tous les Périls, tu trouveras ton repos. Ce qu'on dit de cette océan est abominable... »










« Et si tu ne trouves toujours pas de force à la taille de ta Malédiction, je jures sur ma fierté de Souverain d'atteindre un tel sommet que je te supprimerais moi-même, après avoir acquis la Force qui me revient de droit ! Mais pour le moment, fais de moi ce Roi. Accordes moi ton talent et ton pouvoir. Bats-toi pour une cause. »













Une telle annonce, sans la moindre hésitation, était rare, voir unique à mes yeux. Ce discours n'était pas réfléchi, je lui exposais tout ce que j'avais en ma personne, sans moindre regret. Je voulais que cet homme me seconde, qu'il soit le premier d'une belle liste. Il fallait encore qu'il accepte sans "broncher", Kaito n'étant pas quelqu'un d'aussi "simple". Dans le cas contraire, j'aurais sûrement ce qui pouvait le décider à venir. Je l'avais annoncé. J'irais en enfer le chercher si il le fallait. Qu'allait-il se passer par la suite.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
Kaito Inugami
avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 13/05/2016

Feuille de personnage
Dorikis : 1900
MessageSujet: Re: Un Coin pour Mourir [Kaito]   Dim 10 Juil - 14:59


Un Coin pour Mourir


Feat : ✘ Yuriy Yesta





L'espoir partit, il était temps pour le monstre de retrouver les barreaux de sa prison, la froideur de son donjon. Enfin, pour le coup, le froid habituel avait laissé place à une chaleur étouffante. M'accroupissant sur le sol brûlant, le temps était à nouveau venu de patienter jusqu'à ce qu'un nouveau protagoniste fasse son entrée. J'avais l'impression de me retrouver à la place de ces princesses dans leur grande tour à attendre de se faire délivrer. Ma délivrance serait beaucoup moins romantique que ces habituelles fables que l'on entend lorsque l'on est enfant. L'affrontement n'avait pas été si vain qu'il semblait l'avoir été, la réflexion était le seul moyen de me faire sortir de ce trou à rat, et quelle meilleure façon que de se foutre sur la tronche avec assez de violence pour tuer un ours ? Pour le coup, j'avais réfléchis bien plus que pendant cette dernière année, c'était une des vertus du combat que j'avais oublié.  

Je retrouvais cette cellule où j'étais resté isolé, de nouveau j'allai passer un long moment dans cette pièce. Enfin, je ne me doutais pas pour l’instant des intentions de Yuriy. Ce roi dont l’égo en avait prit un coup, lui au moins avait des rêves en lesquelles il croyait encore. Des ambitions, aussi folles soient-elles, le poussant vers l’avant, le forçant à avancer dans la vie plutôt que de stagner comme je le faisais. Et, à présent, que pouvait-il bien advenir de moi ? La tour ne tiendrait pas éternellement au train où allaient les choses. J’entendais déjà la roche couiner, l’échauffement brutal de la pièce et l’augmentation en chaleur des flammes avait eut pour effet de faire suinter la roche comme si elle avait transpirée. Des éboulements étaient audibles à l’extérieur, mon donjon allait finir par s’effondrer comme un château de cartes. M’en construiront-ils un nouveau ou m’enfermeront-ils à nouveau dans leur prison habituelle, en compagnie de criminels tous plus débiles les uns que les autres.

Je n’en savais rien et, pour tout vous dire, je m’en battais royalement les noix car, pour le moment autre chose attirait mon attention. En effet, le colosse Yesta refaisait son apparition, passant par le trou que j’avais moi-même remonté pour réapparaître dans cette pièce. Sans se faire attendre, il avança jusqu’à l’entrée de la cellule, pénétrant dans celle-ci. Moi, en tailleur, levais le regard vers lui, me demandant ce qu’il pouvait bien vouloir, à présent conscient de son incapacité à respecter sa promesse. Il prit alors la parole, m’avouant ne jamais revenir en ces lieux, m’expliquant que son voyage serait un aller sans retour. Grand Line, une mer au milieu de nombreuses légendes, ayant généré pirates comme justiciers ayant faits parler d’eux dans le monde entier.

Alors qu’il parlait, son pas le rapprochait peu à peu de ma personne, son ombre imposante me recouvrant lentement. Il semblait déterminé, mais à quoi ? Que pouvait-il bien espérer après les événements qui avaient précédés cette nouvelle discussion ? Puis, vinrent ces mots, avouant sa propre incapacité à mener son but à bien seul. Il avait besoin d’aide pour accomplir son objectif et, c’était à moi qu’il demandait pour cela. Après tout, qui de mieux qu’un immortel peut vous aider à devenir roi ? Mais qu’y gagnerais-je ? Cela pouvait certes s’avérer intéressant, découvrir le monde ferait sûrement passer le temps plus vite qu’entre ces murs. Cependant, je désirais plus que tout quitter ce monde et, son argument à ce sujet ne tarda pas. S’avançant jusqu’à moi, sa main se tendit dans ma direction, une impassibilité, une neutralité complète recouvrant son faciès. Accompagnant son geste, ses mots se firent percutants, pleins de bon sens et de logique. Car, il était vrai que j’aurai plus de chances de périr en traversant les mers les plus tumultueuses du monde plutôt que d’attendre ici. Et, l’expression que j’arborais à présent montrait bel et bien ma surprise, un choc pour moi qui avait déjà pensé à cette éventualité, à cette solution. Et, à présent cet homme remettait cette idée sur le tapis.



- Qu'est-ce que tu viens de dire ? soufflais-je, mon expression faciale apparaissant comme choquée.




- Grand Line, hein ? fis-je alors, à la fois dubitatif et intéressé. J'en ai déjà entendus parler, bien des légendes en parlent. Une mer où se côtoient créatures abominables et êtres surpuissants, peut-être même quelqu'un capable de me tuer...finis-je par dire, laissant ma phrase en suspend.



Décidément, cette journée aura été des plus passionante jusqu'ici. Mais, à présent, le comportement du blond avait changé, mettant pour la première fois depuis notre rencontre son égo de côté. Il reconaissait en moi son égal ou, tout du moins, quelqu'un capable de l'être. J'étais perplexe, réflechissant aux possibilités que m'apporterait un tel voyage. A bien y réfléchir, les chances d'y trouver la mort, d'atteindre mon objectif, étaient beaucoup plus grandes que de rester en ces lieux. Mon regard ne quittait pas Yuriy, alors que j'étais assis le colosse paraissait encore plus grand que précedémment. Quelque chose se dégageait de lui, indéfinissable, à la manière de l'aura de quelqu'un de particulièrement charismatique. Il dégageait une certaine prestance, éclairé par les flammes qui nous entouraient, de mon point de vue cela le faisait apparaître comme un être entouré d'une aura imposante et rassurante.

Je baissais le regard, mon sugesaga recouvrant mon visage alors que je me servais de mes bras pour me relever. Mes jambes se délièrent et mon corps se souleva, grandissant jusqu'à ce que je sois débout. J'étais plus petit que Yuriy, d'approximativement un mètre, les gens me dépassants s'étant faits rares au cours de ma vie. Peut-être, que dis-je, même sûrement qu'au-delà de ces mers existaient des hommes, des femmes et des êtres extraordinaires. Les paroles de ce soit-disant roi m'avaient convaincues sur ce point, le monde était vaste et c'est en partant à sa rencontre que j'y trouverai ma fin. Je n'étais pas particulièrement désireux de suivre cet homme en particulier, bien qu'il s'avérait être un grand orateur, renforçant ce charisme qu'il dégageait. Mais, qui sait, je venais peut-être de trouver celui qui serait un jour capable de me terrasser.



- Bien. repris-je, mon regard retrouvant le sien, ma main s'avançant vers la sienne. Je naviguerai avec toi jusqu'à cette Route de Tous les Périls mais, je ne suis pas vraiment du genre à considérer qui que ce soit comme mon chef ou mon souverain.





- Mènes-moi à ma mort, Yuriy. finis-je par dire. Deviens assez puissant pour me tuer, t'accompagner sera un bon moyen de te tester. Enfin...avant ça, il va falloir me faire quitter ce Royaume, t'as une idée ?






© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
Pirate
Yuriy Yesta
avatar
Messages : 207
Date d'inscription : 25/04/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Dorikis : 1787
MessageSujet: Re: Un Coin pour Mourir [Kaito]   Mer 13 Juil - 7:27






Un Coin pour Mourir







Explosive. C'était le seul mot qui pouvait qualifier notre rencontre, à Kaito et à ma personne. Un grand homme qui avait gagné, suscité mon intérêt. Bien sûr, ce, autant de façon offensive qu'amicale, par la suite. Nous avions fait grands bruits, la Gigantesque Prison trembler, ce qui ne tardait cependant pas à éveiller des soupçons, quelques interrogations en dehors du bâtiment. Quelque chose que nous ne savions pas encore, évidemment. Les deux Gardes qui avaient fuit à la vu de mon individualité étaient engouffrés dans ce fouillis de Soldats, déballant tout ce qu'ils avaient pu voir, la Malheur que j'incarnais et leur quasi-certitude de mon succès. Un Succès tel qu'ils me qualifièrent d'autre, de quelque chose qu'il n'avait encore jamais vu vivant, à l'instar d'un certain maudit par le temps qui s'écoule, ce Non-Mort, Kaito, mon homologue.


Il y avait cependant maîtrise étant donné mon incapacité à en finir avec celui-ci. Nous avions entamés une conversation courte mais, intéressante cependant. Une conversation qui en dévoilait beaucoup l'un sur l'autre, sans pour autant en donner trop, laissant l'imagination divaguer. Pur exemple simpliste : J'avais pu comprendre que la Malédiction touchant la Vie de Kaito n'était autre qu'un Fruit du Démon, comme celui qui m'avait offert la Capacité que je possédais, ce qui me paru, aux premiers abords, étrange. Kaito était donc un simple Maudit des Mers ? Le Plonger dans les Eaux auraient tout simplement dû l'asphyxier à la longue au lieu, uniquement, de le paralyser. La Fléau que portait cet homme était un véritable paradoxe. Il m'enseigna également par la suite sa supériorité d'âge, peut-être même deux générations au-dessus de la mienne, ce qui ne m'étonna pourtant pas.


Au vu de sa diction, sa gestuelle, il était apparent qu'il possédait une longue vie malgré cette apparence. Avait-il une individualité lié à la Vieillesse ? Impensable. Si c'était le cas, la blessure physique serait faisable. Lui demander serait bien moins hardie mais, mes pensées voguaient à autre chose, de bien plus sérieux à mes yeux. J'avais retenu la leçon. C'était une expression de la vie courante qui, cependant, n'avait jamais eu autant de sens qu'ici à mes yeux. Depuis la déchéance de mon Royaume, je n'avais retenu qu'une seule phrase. Une unique parole, que je ne faisais que balbutier depuis ce temps, depuis sept années. "Un Roi n'est rien sans Compagnon". Je m'étais reclus, c'était une abominable erreur. Tout Grand Roi avait sa Garde, ses Fidèles Sujets, Compagnons, qu'importe le nom. Des individus allégeant qui aidait les Elus à devenir de Grand Roi. Inconstant.


L'élu en l'occurrence étant ma personne. Quoi de mieux qu'un Inconditionnel comme Fidèle pour un autre Inconditionnel ? Un Immortel comme Bras Droit du futur Souverain Suprême. Il fallait convaincre Kaito qu'importe le cachet. Je ne renoncerais jamais, qu'importe le temps que cela pouvait prendre. J'avais assez d'égo pour rengorger ma patience, à tout épreuve. Dix années de délai ne devenant rien à mes yeux. Seulement et positivement pour mon ascension, le convaincre ne fut étrangement pas difficile. J'avais sûrement choisi les bons mots, qu'importe ce qui le motiva dans mon monologue, tout était bon à prendre. J'avais promis son trépas, des mains d'un autre ou des miennes une fois ce pallier atteint. Je ne prenais pas encore ces mots en compte mais, il était certain qu'un jour, l'honorer serait obligatoire. Il en valait de mon honneur qui ne devait plus être sali.


Ce "Monstre" était tout de même plus "humain" que ce que l'on pouvait imaginer étant donné qu'il fut comme ému à mon ton, se ressassant sûrement des moments de sa vie antérieure sûrement longue. De comment était-il arrivé là ? Ce qu'il avait dû endurer. Jusqu'au moment où, reprenant ses esprits, toujours au sol, prit ma main tendue et ce, tandis qu'il fit une remarque pertinente. Il accepte, avec un ton au départ hésitant, comme pensant le pour et le contre avant d'évoquer l'état des lieux. Comment allais-je bien pouvoir l'emmener hors d'ici, la tour entourée de Soldats. Une question qui m'étonna mais, pas de la tournure habituelle. Empoignant fortement la main de l'Ecarlate, un instant de sourire, les fossettes relevées, cru apparaître sur mon faciès, les pupilles baissées, comme pensif. Quelle question futile. Il ne connaissait véritablement pas encore son Capitaine, à vrai dire.

























« Comment vais-je te faire sortir d'ici ? »












« Et bien, c'est assez clair, non ? »













Un sourire, le ton haussant, le regard prenant une étonnante et brusque vigueur, je serrais alors la poigne de cet homme avec une belle pression, un mouvement du bras soudain. Pour ma personne, il n'y avait qu'un moyen.



















« Par la Porte d'Entrée, Kaito !»













Ce fut si claire dans mon conscient. Il n'y avait aucun problème, aucune objection. Aucun de ces "insectes" ne représentaient un mur pour ma personne. Je ne ferais que marcher sur ces brindilles, qu'importe. C'était dans cette optique que, d'un puissant mouvement, j'avais propulsé le Non-Mort sur la façade de pierres, explosant celui-ci avec une force prodigieuse. Il ne pouvait mourir, autant en profiter. C'était le début de notre entente, notre coopération. Notre Jeu d'Equipe. Un grondement effroyable et ceux qui se trouvaient au sol se tournèrent, stupéfaits de la tournure des évènements. Nous avions détruits la Tour, la Prison de Luvneel. J'avais libéré le plus dangereux des détenus ici bas. Les gravas, rapidement, éclatèrent au contact de la terre ferme, la cohue se tarissant au bout de quelques secondes, un amas important de poussières se soulevant tout autour de la zone.

Fièrement debout dans ce qui restait de la plateforme, prenant rapidement ma hache en main, posant celle-ci sur mon épaule, je faisais face à tout ce petit monde. Ce n'était pas encore concret mais, ça allait le devenir. Sans aucune once d'inquiétude. Une boucherie, encore. Je n'allais rien faire d'autres que ne chasser une bande de parasites, tous plus grotesques en comparaison à ma personne. Le Néant fasse au "Tout". J'avais déjà eu le bonheur d'écraser par le passé. Des êtres confiants mais, se fourvoyant. Lors de guerre ou d'assauts contre mon défunt Royaume. Nous nous devions, de génération en génération, de protéger nos Terres. J'étais né à Baalbad comme mon père et son père avant lui, il n'était pas encore arrivé celui qui allait nous soumettre, ma personne en particulier.

J'allais trancher, broyer et arracher si il y avait nécessité mais, il était clair que j'allais passer, Kaito avec moi. Un vent faisant trembler ma chevelure blonde, ce fut à ce moment que je pris l'intention. Une flexion puissante. Une impulsion monstrueuse. Un Grand Saut. Je m'étais tout simplement lancé dans la bataille et ce alors que les Soldats se rapprochaient de la source de ces Grondements. Ils ne m'avaient certainement pas encore aperçu, bien trop curieux de savoir ce qui avait causé cette Destruction. Le Condamné ou le Bourreau. Pour ceux-ci, l'un des deux se trouvait encastrer, bien mal connaître mon extravagance. Ils ne se doutèrent pas un instant que les deux pouvaient ainsi conspirer. Ce fut un second son qui arrêta l'avancée de la troupe, bien moins imposant mais, plus "humain". Le tintement d'une hache raisonnant, un grand soupir, une silhouette robuste se faisant voir soudainement à travers l'épais drap brumeux.

























« Lève-toi, Kaito ! »












« Tu ne peux mourir de toute façon. »













Arrivé au sol, bien moins brusquement que l'entrée en scène de l'Immortel, je m'étais imposé de ton, faisant gronder ma voix à travers la cours. Le nuage de poussière épais au départ se tarissant petit à petit, ma silhouette se faisant voir de plus en plus. L'affrontement semblait si inévitable que je n'avais même pas pensé à m'en défaire. J'étais prêt, à voir si mon premier Compagnon l'était. Il était éternel mais, savait-il se défendre ? Au vu du coup qu'il m'avait décroché, je pouvais l'affirmer. Ils ne savaient pas encore ce qu'ils s'apprêtaient à appréhender. Nous n'étions pas de simples adversaires. Nous étions l'Equipage qui se tiendrait au sommet après avoir englouti tous ceux qui se trouveraient sur notre chemin. Manger ou être Manger. Telle était la Loi de la Jungle et j'étais un Yesta, un Lion Indomptable. Cette fierté royale en était digne.

Cette situation m'attirait. Cela me rappelait ce que j'avais toujours fait, sans arrêt. Me dresser seul contre tous. Ces instants pourtant étant la dernière preuve de ma solitude, mon unicité. Celui que je venais d'enrôler allait bientôt se lever et m'épauler. Un instant qui marquait un renouveau. Le Roi Soleil avançait. Peut-être à petit pas mais, sans retour possible. La Route de Grand Line serait encore une épreuve. Paradise puis, ce fameux Nouveau Monde, territoire que je devais m'approprié, taillé pour des hommes de mon calibre. Un long soupire se fit de nouveau entendre, ici, pas de fatigue ou d'ennuie mais, de nonchalance. De la négligence peut-être. Encore lié à mon arrogance, cette insolence face à une armée. Légère mais, une armée tout de même. Un soupire qui en disait long sur mon actuel état d'esprit.














« Nous avons du "Travail", je crois. »












« C'est l'occasion de faire une petite avant-première. Ils pourront dire quand je règnerais... "Ils ont été anéantis par l'Equipage du Soleil". »













Le faciès neutre mais, en pleine position d'assaut, je fixais ainsi ceux qui, dans le futur, allaient tomber. Ils ne le savaient sûrement pas encore. J'allais faire preuve de réalisme, dans quelques instants.













« Et bah. Ce n'est pas toi celui qui est entré pour tuer le "Monstre" ? »












« On peut dire que ça tombe bien ! Nous aussi on est venu... Tenter notre chance ! »












Palpable. Les habitants qui étaient sortis pour se renseigner sur les évènements étaient rapidement rentrés, se cachant par la plupart. Je ne savais pas si Luvneel était habitué à ce genre de cohue, hormis les incessants assauts de Kaito. Peut-être que ce jour serait un cauchemar pour ce Pays. C'était selon ma bonne volonté. Quelle était la suite ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
Kaito Inugami
avatar
Messages : 17
Date d'inscription : 13/05/2016

Feuille de personnage
Dorikis : 1900
MessageSujet: Re: Un Coin pour Mourir [Kaito]   Mer 20 Juil - 10:17


Un Coin pour Mourir


Feat : ✘ Yuriy Yesta




Une nouvelle aventure commençait pour moi, ayant accepté de suivre cet homme face à moi. Une décision qui ne me ressemblait pas mais, jusqu'alors je n'avais pas rencontré ne serait-ce que son égal. Certes, il n'avait pas réussit à cette tâche si ardue que représentait ma mise en boîte. Cependant, sa tentative avait été la plus impressionante. Lui, au moins, avait le sens du spectacle et de la démonstration, contrairement à tout ces technophiles avec leurs machines soit-disant au progrès de la mise à mort. Des mauvais, seule une bonne grosse baston pouvait résulter d'une belle mort, c'était une idée que j'avais abandonné depuis bien longtemps, sans vraiment l'oublier.

Mourir au combat, un rêve que ce jeune colosse remettait sur la table à la force de ses poings. Un argument face auquel je ne pouvais lutter, bien trop tentant pour ne pas tenter le coup. Après tout, j'avais laissé une année entière au Royaume de Luvneel pour me mettre à mort et, à présent, ils avaient échoués. Tandis que Yuriy, malgré son jeune âge apparent, dégageait une puissance hors du commun. Dès le premier regard, je l'avais considéré comme un adversaire à ma mesure, apparaissant comme capable de mettre fin à tout ça. L'espoir fait vivre dit-on, moi c'était tout le contraire que je souhaitais et, pourtant je gardais quand même l'espoir. Il fallait simplement que j'ailles de l'avant aux côtés de cet homme, cela ne semblait pas si compliqué, seulement.

Je serrais sa main, cet homme reprenant la parole, apparemment content de voir sa proposition acceptée. Son but promettait un avenir tumultueux, semé d'embûches qui sauraient sûrement me surprendre. Et, ma question sembla l'amuser, je ne savais pas vraiment pourquoi, mais il avait l'air d'avoir déjà une idée en tête. Je sentis sa poigne se resserer autour de ma main alors qu'il répétait ma question, laissant celle-ci en suspend. Il finit alors sa phrase en tirant sur mon bras, une impulsion d'une puissance hors du commun. Je sentis mes pieds quitter le sol, accompagné dans ce mouvement de projection, les derniers mots que j'entendis furent "porte d'entrée". Décidément, Yuriy avait un humour qui me plaisait bien. Face à moi, se trouvait désormais un mur de la tour, je connaissais sa destinée, sa destruction par mon déboulement soudain.




Le choc vint, je sentis la roche se briser sous l'impact, sous mon corps pourtant léger mais aujourd'hui poussé par une force qui en renforçait l'impact. Les roches cédèrent, se délogeant facilement suite au suintement provoqué par les flammes et la chaleur de Yuriy. Et, tel une apparition divine, je passais de l'explosion de la roche à l'air libre. En ouvrant les yeux, je me rendis compte que je volais, enfin pas tout à fait. Exactement, je chutais, mais la sensation restait tout de même très agréable. Sous un soleil chaleureux, je sentais le vent fouetter mon visage alors que le sol se rapprochait peu à peu. Déjà, j'apercevais les armures étincelantes des gardes et leurs armes, certains se sentant simplement prêts à être mes bourreaux. Ils se fourvoyaient, tous autant qu'ils soient car, si cette bête de puissance avait échoué, aucun d'entre eux ne le pourrait.


- Yiiiiiiiiiiiiiiihaaaaaaaaaa ! m'exclamais-je alors que le sol ne se trouvait à présent plus qu'à une dizaine de mètres. Attention en bas, Zombie aérien en chute libre repér...


Ma phrase fut subitement interrompue par la fin logique à cette chute magnifique. Tel un boulet de canon, je m'écrasais au sol en projetant cinq pauvres types s'étant trouvés là. Quelle entrée en scène spectaculaire, il y avait de quoi être impressionné. De plus, le choc avec le sol avait soulevé un léger voile de poussière. Tout les regards se braquaient à présent sur cet endroit, j'entendais les lames siffler en sortant de leurs fourreaux, les cliquetis des armures et les cris d'exclamation. Décidément, ce Yuriy était plein de surprise et, apparemment, son truc ne semblait pas être la discrétion.


- Wah, bordel ça c'était de l'entrée en scène. gromellais-je en me relevant, entendant certains de mes os craquer. On aurait put faire ça un peu plus discrètement.


Derrière moi, la tour s'écroulait sur elle-même, lançant des gravas aux alentours. Et, sur le visage de tout ces soldats, se lisait la même surprise, la même incrédulité face à ces évènements. En effet, qui se serait attendu à la destruction du donjon. Yuriy n'était pas du genre à faire dans la dentelle, bien au contraire son comportement me portait à croire qu'il était du genre à foncer dans le tas. Je me retrouvais donc encerclé de nombreux ennemis, désormais prêts pour la plupart à prendre les armes pour me fondre dessus. Mais, à peine esquissaient-ils le moindre geste, qu'une autre personne fit son apparition. Du haut de ses trois mètres et des brouettes, il dépassait tout les soldats ici présents. Son arme immense avait de quoi inquiéter et, une nouvelle fois, cela put se lire sur le visage de tout ces types autour de nous.

La tension ne faisait que grimper, les paroles de Yuriy n'arrangeant rien. Enfin, il n'y avait rien à arranger de toute façon, cette situation ne pouvant se terminer que d'une seule et même manière. Je sentais déjà le moment fatidique arriver, cet instant où le silence se brise pour laisser place au combat. Il n'était plus très loin. Mon regard se braquait sur Yuriy alors que je finissais de me relever de toute ma hauteur. Parmi cette foule, on pouvait facilement nous remarquer, dépassant d'une bonne tête le plus grand d'entre eux. Tous des minables, de nouveau, des incapables ayant simplement imaginé avoir ne serait-ce qu'une once de pouvoir.


- Du travail ? Ces pauvres merdes ? m'exclamais-je suite aux paroles de Yuriy. Tu déconnes j'espère ! Du menu fretin, de la petite frappe, du trou de balle en puissance quoi !


Je me moquais ouvertement d'eux et ça, ça n'avait pas l'air de les enchanter. Autour de moi, les mouvements s'ammorcèrent, les sabreurs dégainants leurs lames en me fonçant dessus, sans autre introduction que leur regard énervé. Ils auraient bien aimés m'insulter, bien que j'en entendais des belles dans la foule mais, les actes valent bien mieux que des paroles. Je n'esquissais pas un geste de défense, laissant le premier arrivé m'enfoncer son sabre en plein milieu de mon torse. Je vis l'arme frapper contre ma peau, l'homme n'avait pas assez de force pour transpercer cette barrière de muscles figés et contractés. Mes yeux se baissèrent, observant le pauvre homme avec pitié avant de laisser s'abattre mon poing sur le sommet de son crâne. Mais, cela ne suffirait pas à calmer les ardeurs de toute cette foule, boostée par cette raison qui les avait apparemment menés jusqu'ici. Me tuer, moi cette monstruosité qui commençait à faire parler de lui. Une pseudo immortalité que tout ces guerriers rêvaient de remettre en doute. Et, en ce jour, j'allai tous les décevoir.


HAKAI ASHI !




Jambe Destructrice !


Alors que les ennemis, en masse, s'étaient élancés sur moi j'avais levé ma jambe dans une violente attaque. Je frappais le premier venu de mon pied droit, je sentis l'homme valser alors que j'imprimais un mouvement rotatif à mes hanches. Mon pied comme mon tibia continuèrent alors leur funeste progression au travers des corps. Ces derniers furent projetés tout autour de moi, retombant lourdement les uns sur les autres, leurs armures tintaient comme des cloches. La foule esquissa alors un bref mouvement de recul, assez suffisant pour me permettre de créer une percée. Bondissant sur trois mètres, j'attérissais avec une jambe tendue pour surfer sur deux types assez grand. Ils s'écrasèrent au sol, malgré ma légèreté je possédais une force plus importante qu'un homme normal.

La scène était ridicule, imaginez un grand type pâle aux cheveux rouges mettant à terre deux autres types et les faire glisser sur le sol en bousculant tout ceux sur son passage. Une technique des plus originales qui, peut-être un jour, aura le droit à un nom. Alors que la glissade ralentissait, je profitais de ce qu'il restait d'accélération pour frapper à tour de bras tout ceux qui passaient à ma portée. Je ne faisais pas vraiment attention à Yuriy, je voyais simplement des types voler et d'autres fuir à l'endroit où il s'était trouvé plus tôt. Assurément que, lui aussi, s'amusait bien avec tout ces minables.


- Wooouuuhoooouuuuu !! m'écriais-je en levant les bras au-dessus de ma tête, avant d'abattre mes poings sur deux crânes. Qu'est-ce qu'on se marre ! Allez, juste pour toi mon p'tit Yuriy je vais pas chercher à me faire embrocher, ça se voit qu'ils n'ont pas l'étoffe pour me tuer...


Un soldat à peine plus petit que moi profita de mon discours pour m'attaquer, ma glissade était terminée et il soulevait un gros marteau au-dessus de sa tête avec la ferme intention de l'écraser sur ma tête. J'affichais une mine éffarée devant tant d'impolitesse et, sans même réfléchir, mes doigts se refermèrent comme des pinces en haut du torse de l'homme, impliquant une puissance rotation sur ses tétons. Oui, c'était une attaque des plus lâches mais, que voulez-vous, cela faisait longtemps que je n'avais pas combattus sérieusement. Sous la douleur l'homme lâcha son marteau pour tenter de se débattre avec ses mains mais l'arme, lâchée alors qu'elle se trouvait au-dessus de sa propre tête, ne put se défaire de l'attraction gravitationelle. La tête du marteau s'écrasa sur celle du manieur, celle-ci explosant en m'éclaboussant dans un "splash crack re-splash" assez dérangeant. Face à tant de violence, un nouveau silence s'installa, les poussant à reculer en les faisant réfléchir à leurs chances, peser le pour et le contre.


- Bah alors les fanfouettes ? m'exclamais-je, à peine echauffé. C'est qu'on a pas que ça à faire en fait, donc si vous pouviez vous décider à nous laisser passer bien tranquillement, vous seriez trop meugnooons !



© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
Pirate
Yuriy Yesta
avatar
Messages : 207
Date d'inscription : 25/04/2016
Age : 20

Feuille de personnage
Dorikis : 1787
MessageSujet: Re: Un Coin pour Mourir [Kaito]   Sam 30 Juil - 9:04






Un Coin pour Mourir







Les évènements avaient pris une tournure "épique". Quelque chose que seul un être de ma supériorité, l'homme parmi les hommes, que dis-je, le sur-sur-homme que j'incarnais, pouvait provoquer. J'étais très présomptueux et c'était comme cela que je démarquais. C'était même peut-être cela qui avait attisé la curiosité dévorante de Kaito, ce "Non-Mort". Il était prêt à me suivre après ma déclaration, solennelle. Nous étions devenus les premiers d'un grand galion, le Capitaine et son Chef en second. Il était clair que c'était la hiérarchie la plus adaptée à cet homme, à sa situation. Qui pouvait épauler un intemporel comme ma personne ? Quelqu'un qui ne pouvait succomber. C'était pour cela que nos deux volontés pouvaient se corréler avec succès, procréant ainsi le plus grand des duos, tempétueux. La coopération de Yuriy et Kaito.


Ils allaient l'encaisser de plein fouet, cette nouvelle croisade. En quête de sortie, l'homme aux Cheveux Rouges étant incorporel, j'avais utilisé celui-ci comme projectile, détruisant la façade de la bâtisse et fragilisant alors la tour par la même occasion, s'effondrant sous le poids de mon arrogance sans pareille. J'avais sauté, atterrissant au devant de cette foule, la mise en scène étant prête. C'était indispensable pour un homme qui voulait se démarquer, même-ci, en vérité, j'étais déjà persuadé de trôner bien au-dessus de ce lot. On se faisait connaître de cette manière, de la mise en scène de terreur dans laquelle l'ennemi succombait. Un fort discret n'avait pas de gloire, juste une satisfaction personnelle, ce qui n'était pas ma formidable destiné. J'étais né pour être acclamer par la Galaxie elle-même, sans sommation.


Hache sur l'épaule, le corps tressaillant se faisant voir sous cet épais amas de poussières de roche et de sol, certains bafouillèrent. Nos envergures étaient bien au delà de la monotonie. Plus de trois mètres pour ma part et Kaito, un peu moins, ce qui nous rendait bien plus "voyant" que tous ces Chevaliers n'acclamant pas le bon Roi. Le Monstre de Luvneel montra alors rapidement l'origine de ce surnom, non-volé. En plus d'avoir une "vie" en continu, sa force suivait doucement, ce qui me réconforta. Ejectant adversaires sur adversaires, à la seule force de ses poings et ses pieds. Un art martial confirmé pour un "Maître" en sa matière. Je ne le pensais pas aussi robuste que moi, évidemment mais, il était bien assez consistant pour pouvoir me suivre. J'étais complet de savoir qu'il ne se différenciait pas uniquement par son immortalité, j'allais appris qu'une qualité ne faisait pas tout.


Il fallait être "complet", comme ma personne ! C'était ce que je m'efforçais d'imaginer. Il semblerait que j'avais raviver la flamme de Kaito, ce qui était un véritable miracle. Le Second prenait du plaisir à éradiquer la masse, prononçant alors des mots, pourtant anodins mais, emplies de sens. J'avais pu lui redonner identité mais, pour combien de temps ? Il était clair qu'un jour, cet homme et ce, malgré notre futur vécu, me demanderait des comptes. Ce que je lui avais promis, la mort. Une belle mort. Après mon ascension, je serais bien contraint de l'éliminer selon son souhait, il fallait être réaliste dès maintenant. Enfin, bien évidemment, la réflexion n'était pas encore au goût du jour. Il fallait écraser et j'étais celui qu'il fallait. Attendant les premiers adversaires à proximité, empoignant avec une énorme pression ma hache, ce ne fut qu'un mouvement, qui happa.


Ils avaient subis ce courroux fatal. Les premiers avaient été projetés par un puissant coup de hache, détruisant la plupart des armures au même moment. Cette force, le groupe resta stoïque pendant un moment, prenant sûrement courage et résolution avant d'accourir vers notre direction, surtout la mienne, Kaito déjà bien accaparé lui-même. Il ne représentait rien pour ma personne et je montrais alors cela en me projetant violemment vers la mêlée. Un Lion parmi du Bétails, j'allais me sustenter, mon "plat" favoris. Des hommes volèrent en trombe, de secondes en secondes. En réalité, il n'y avait que leur nombre qui pouvait poser un problème sur le temps et non leur force. Nous étions supérieurs, je l'étais, en tout cas. Je n'avais pas véritablement tué de sang froid, comme le faisant ce "Non-Mort", je n'avais pas besoin d'être aussi violent. Un coup de mes poings équivalait à être frappé par un galion, après tout !


Enfin, c'était évidemment ce que je m'efforçais de songer. Hache contre épée, poing contre bouclier, pied contre armure. Tous les moyens étaient bons en réalité. L'amas de nuage se renforçait bien heureusement avec nos actions, fortifiant par la même occasion cette Mise en Scène si importante. Le Monstre que je représentais prenant de l'ampleur. La silhouette se rapprochait, ils étaient au aboie et ce n'était que l'alpha.


























« Il nous accule... Mais c'est qui cet enfoiré ?! »














« Attaquez-le tous en même temps, ça devrait le cal... »













Un sourire, un ricanement hautain, l'homme qui dialogua bien plus fort que les autres finit par se prendre un coup de plat de hache en pleine tête, l'assommant sur le coup. Enfin, étant donné la pression, c'était peut-être même plus qu'une simple perte de connaissance. J'avançais alors petit à petit vers la sortie et Kaito l'avait sûrement compris, lui aussi. Nous ne cherchions pas à tous les terrasser mais plutôt, à passer. Passer pour pouvoir s'enfuir de ce Royaume. Pourquoi allais-je donner de l'importance à des brindilles. Je ne faisais que marcher dessus, sans prendre le temps de tous les aplatir. Un exemple serait un parcours dans un champ herbu, la situation était vu comme cela par ma personne. Je ne pouvais le réalisé, à cause de ma fierté mais, j'avais pris la bonne décision. J'avais les capacités pour en défaire beaucoup mais, à l'heure actuelle, nous aurions finis submergés.


Ma capacité à la surestimation pouvait parfois avoir de bons côtés, je n'avais cesse de le proclamer. La puissance par la puissance, la mienne écrasait à chaque fois. Ils commençaient pourtant à essayer de prendre l'ascendance, frapper à plusieurs sur ma hache, rivalisant avec ma force de frappe. Il était devenu clair que je ne pouvais pas tenir plus longtemps à utiliser uniquement cette méthode "conventionnelle". Il fallait le sortir encore, cette individualité ayant par ailleurs beaucoup plus d'impact ici qu'il y a plutôt, contre Kaito. Il pouvait succomber, eux. Submerger par un petit groupe, c'est à ce moment que mon corps s'intensifia brutalement, brûlant ceux qui étaient à proximité, me permettant alors de me défaire en les envoyant valdinguer sous une pression énorme. Kaito, cette sensation, il l'avait déjà vécu et pouvait sûrement la reconnaître entre milles. L'air ambiant commençait à devenir suffoquant.














« Ton pouvoir vient sûrement d'un Paramecia, Kaito, je me trompe ? Bien sûr que non, je ne me trompe jamais. »














« Tu ne peux être un de ces Logias ou encore un Zoan. J'en ai rencontré un, une fois, il pouvait se changer en une sorte de massif "Eléphant". Enfin, qu'importe, moi aussi je me suis sustenté d'un Fruit du Démon du Type Paramecia, il y a une décennie. »













La puissance par la puissance. Je m'étais intensifié, assez pour chauffer l'acier des plastrons et ainsi, marquer la chair à vie et cela, ils l'avaient sentis. De ma hache, faîtes d'acier, conducteur puissant de chaleur, je m'étais ainsi permis de frapper un assaillant, brûlant le fer qu'il portait par la même occasion, ainsi que son torse. Il était encore "fumant" quant il s'écroula au sol, battu. Les soldats n'arrivaient pas à mettre un mot sur ce qu'ils assistaient, hormis le peu qui serait un peu informé sur le monde qui les entourait. Il était vrai que sur les Seas Blues, l'existence même des Fruits du Démon n'étaient qu'un mythe, ces gens ne réalisant pas ce qui se tramait, de l'autre côté de ce mur vermillon. Ils ne tiendraient pas une seconde, au-delà et cela me fit sourire, les taquinant alors. C'était vraiment amusant de voir un tel groupe.


Le Roi de Luvneel avait une armée qui ne lui permettrait pas d'aller plus loin et ce n'était pas cela que je voulais. Baalbad avait été réputé pour ses hommes "barbares", son armée sanguinaire. Je voulais à nouveau réveiller les "Soldats du Soleil", ceux qui vivaient pour le seul pays chaud ne serait-ce que quelques mois par an, sur North Blue. C'était avec cela que je pourrais enfin m'affirmer. Kaito était la première pierre d'une longue liste et peut-être même, l'un des futurs piliers fondateurs, ceux qui soutenaient la structure. Empoignant ma hache et attrapant celui qui se trouvait à ma proximité de l'autre main, j'écrasais alors celui-ci au sol, souffrant par la même occasion de la chaleur de ce corps qu'était mien. Il avait essayé un assaut dissimulé, un comportement des plus lâches. La fierté n'était pas une valeur qu'ils priorisaient.


La main à plat, un étrange afflux commença alors à se faire voir, mon bras, puis ma main devenant alors beaucoup plus colorée. Ce "rosé" transpirant de vigueur était le signe d'un de mes assauts fétiches et sûrement l'un des plus dévastateurs. Ils n'avaient encore jamais assistés à de telles choses et mon nouveau Compagnon de Voyage également. Je n'avais pas eu besoin de l'user, il en serait sorti indemne, qu'importe. Quelque chose commença ainsi à s'animer, en suspension sur cette main, ce plat. Cette chose grandissant petit à petit et ce, jusqu'à représenter, dans sa version miniature, ce qui était devenu mon symbole. "Qu'importe où tu te trouves dans ce Monde, le Soleil te regardera toujours de haut", une citation traditionnelle à Baalbad, ne sciant qu'un seul homme parmi toutes les générations. Le futur plus Puissant de Tous.

























« J'ai dévoré le Atsu Atsu no Mi et je suis devenu... Ce que l'on peut nommer, un "Homme-Chaleur". »














« Ma création en est bien là preuve. Elle ressemble tellement à celui-ci. Je vais vérifier son authenticité. N'y voyez pas là du doute, loin de là... Je commence juste à m'assoupir et je dois justement vous éradiquer plus rapidement que pensé. Uniquement pour retrouver mon confort.  »













Une sphère d'un bon diamètre, une poignant de centimètres surplombant celle d'un bouler de canon. Une orbe de chaleur pure et condensé, sans aucun autre artifice. C'était cela ma "Capacité". Il ne fallait pas exagérer, je n'avais pas créé, et ce malgré mes affirmations, d'astre. C'était juste une personnification, bien moins "puissantes" mais, restant tout de même extrêmement dangereuse. La relâcher serait alors signer le passage pour beaucoup, ce que je ne tardais pas à faire, l'entité commençant sa descente, une effroyable épopée.
























« Nagareboshi !! »













Elle s'écrasa contre une masse, puissamment, libérant sa formidable énergie, happant ces Soldats sous un drap effroyable de chaleur. Un bruit et un effet semblable à une explosion mais, cette fois, de température ambiante, de la vapeur s'échappant alors. Des armes avaient fondus, des corps encore fumant sous l'impact. Le Soleil avait donné un avant-goût de ce qu'il était véritablement. Le regard neutre mais, perforant, je pouvais causé l'effroi. Qu'allaient être leurs réactions ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un Coin pour Mourir [Kaito]   
Revenir en haut Aller en bas

_______________________________________________
 

Un Coin pour Mourir [Kaito]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [B] Vivre pour mourir
» Survivre ou mourir ? ▬ Alexi, Akemi & Emma
» Un peu d'historie pour un alcoolique (VS Shawn Michaels)
» niklaus - nous sommes tous nés pour mourir un jour, surtout vous...
» L'animal blessé se cache pour mourir, retour aux sources....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: North blue :: Royaume de Luvneel-