Partagez | 
 

 The Hunt is On [Pv Musashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shichibukai
Yu Belladone
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 24/05/2016

Feuille de personnage
Dorikis : 4472
MessageSujet: The Hunt is On [Pv Musashi]   Ven 27 Mai - 22:03





Rencontre et Prestige


La douce odeur de la mer emplissant les narines...

Cette île était hostile, pas très accueillante envers les aventuriers ayant froissé la loi d'une manière où d'une autre. Quiconque avait une prime sur sa tête se retrouvait chassé jusqu'à l'autre bout du monde s'il venait à fouler un seul pied ici. Tous se savait, on ne pouvait rien cacher à ces chasseurs de primes véreux animés uniquement par la compétition et l'argent. Enfin, Yu était d'un caractère bien pire que le leur mais, cela ne lui empêchait de critiquer ces chasseurs de cafards. Petites bestioles insignifiantes et sans ambition uniquement là pour lécher les liasses de billets qu'ils récoltaient éventuellement après une prise.

Elle ne les aimait pas, ils étaient une entorse à ses plans. Un frein à sa réputation croissante. Combien de fois avait-elle du supprimer un équipage de chasseur de prime supplémentaire uniquement car ils menaçaient de mettre à plat ses plans précisément détaillés. Alors qu'elle foulait la terre de l'ile de ses pas, elle savait pertinemment que la plupart avait la dent dure contre elle. Elle était une mine d'or inaccessible, une somme conséquente gelée et incapable à saisir. Sa prime était si importante qu'elle aurait pu permettre la retraite de plusieurs chasseurs aux alentours. Mais, c'était une corsaire, une alliée disposant d'une immunité diplomatique.

Quand bien même venait-on l'affronter et miraculeusement avoir le dessus contre elle, elle ne valait rien. Au fond elle riait intérieurement, à se pavaner au milieu de ses rues, à sentir les regards tantôt émerveillés tantôt courroucés par sa présence. La marine quant à elle était encore plus contrainte que leurs adversaires. Ils s'étaient lancés récemment dans un concours au camp qui ferait le meilleur boulot que l'autre. En un sens, la coordination entre les deux organisations étaient chaotique. Elle œuvrait pourtant pour un même but final qui était la capture des cibles primées. Mais bon, l'argent et l'orgueil ne pouvait pas toujours faire un mélange étonnant.

Mais si elle était ici, ce n'était pas uniquement pour se montrer aux yeux de tous. Se déplaçant avec délicatesse, de sa robe la plus raffinée, elle se dirigeait vers une auberge en quête de victuaille mais aussi d'autre chose. Une ile dictée par les mercenaires était un endroit bourré d'information en tout genre. Ici se trouvait le croisement de tout les réseaux de communications du monde. Si elle voulait une information sur telle prise, alors elle n'avait qu'à la saisir au vole en ces lieux quand elle irait se présenter face à elle.

Et récemment, elle était sur un grand coup d'éclat capable de sublimer encore sa réputation si elle en venait à bout. Malheureusement , la cible était suffisamment discrète pour qu'elle ne puisse obtenir toutes les informations avec ses moyens habituels. C'était la manière de procéder de Yu pour accroitre son influence, plutôt que de tenter des frappes inutiles par ci par là, elle s'en prenait à des gens réputés pour au final assimiler leurs influences à la sienne.

Mais pour le moment, alors qu'elle entra dans l'auberge non sans attirer toute l'attention et le désir de tous, elle prit position au coin d'une table et commanda du thé. Ici, elle n'allait clairement pas boire du breuvage d'une qualité extraordinaire, mais sa vie sur terre lui avait permit de faire quelques sacrifices quand il le fallait. Posant ses yeux aux alentours, elle tentait de repérer la bonne poire capable de lui fournir ce qu'elle cherchait.

Étrangement, ce ne fut pas la bonne poire escomptée sur lesquelles se posèrent ses yeux mais un homme aux cheveux d'or et à l'âge mur. Il était plutôt séduisant en train de boire sa boisson, tranquillement assit devant le comptoir. Enfin, c'était sans compter les quelques boulets qui commencèrent à s'agglutiner autour de lui. Des chasseurs de prime pour sur, avait-il fait quelque chose de déplacée pour attirer leurs foudres ?






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
Civil
Kouzuki Musashi
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 25/04/2016
Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis : 2850
MessageSujet: Re: The Hunt is On [Pv Musashi]   Lun 30 Mai - 2:12







RENCONTRE & PRESTIGE



Feat. Yu Belladone
2 ans plus tôt …


« Vous ne savez pas abandonner, hein ? Dites à l’armée révolutionnaire ou la personne qui vous envoie que je ne suis pas intéressé. Votre offre me touche beaucoup, sincèrement … Cependant, je n’ai aucune raison de me rebeller et de me mettre le gouvernement à dos. Je suis satisfait de la vie que je mène actuellement et je ne la changerai pour rien au monde. Je pense que vous êtes assez mature pour comprendre cela. » Lançai-je d’un ton sérieux.

« Je comprends parfaitement, mais malheureusement cela ne tient pas qu’à moi, Musashi. Je vous prie d’accepter au moins de le rencontrer, d’échanger avec lui face à face et de lui faire part directement de votre décision. Seulement après cela, il se daignera à vous laisser vivre en paix. Je le connais très bien, alors s’il vous plaît, accepter au moins ce rendez-vous, non seulement vous vous rendrez service, mais à moi également. » Répliqua -t-il d'un air désespéré

« Hum … » Émis-je en guise de réflexion.
« C’est d’accord, mais seulement dans deux jours. J’ai encore quelque chose à régler sur cette île ; si vous ne voyez pas d'inconvénient, on se retrouve ici-même dans deux jours aux alentours de 8 heures pour aller à la rencontre de votre supérieur. »
Poursuivis-je d’un léger sourire.

« Cela me convient parfaitement, merci. » Fit-il d’un air satisfait.


Il s’en alla, sourire aux lèvres.
Évidemment, il ne faisait aucun doute que le soldat fusse satisfait de ma proposition. Rien que l’idée de me revoir dans 48 heures l’enchantait et cela ne se voyait que trop bien sur son visage, arborant un large sourire qui ne pouvait être que synonyme de béatitude. Vous l’ignorez certainement, mais cet homme n’en était pas à sa première tentative, loin de là … Ce souhait, ce désir, cette obsession de m’enrober au sein de l’armée révolutionnaire ne semblait provenir de sa simple volonté, mais bien celle de son supérieur qui ne cessait, après chaque refus essuyé, de le dépêcher vers ma personne pour insister davantage. Il ne semblait enclin à capituler, du moins pas tant qu’il ne m’aurait pas rencontré personnellement.

Cette situation m’était plutôt désagréable, car elle me rappelait terriblement ma dernière entrevue avec un officier de la révolution. Elle datait déjà de plusieurs années et j’en gardais vraiment un mauvais souvenir puisqu’elle ne fut pas sans conséquence, et malheureusement c’était tous mes proches qui avaient dû payer le prix fort. Ce jour-là, vous ne pourrez imaginer la douleur qui s’était emparé de mon coeur ; elle était si dense, si intense, que le temps se figea, le ciel pleura et même la terre trembla.

Enfin bref, parlons de choses plus joyeuses, comme par exemple ma présence sur Whiskey Peak. Une île morbide, infesté de chasseurs de prime plus déjanté les uns que les autres. Le genre de lieu qui me répugnait vraiment, néanmoins je n’avais guère le choix, car c’était ici que mon informateur m’avait donné rendez-vous. Il était censé m’apporter un livre d’une importance cruciale pour mes recherches et il refusait catégoriquement de se déplacer autre part que cette île. Ainsi, je fus dans l’obligation de respecter sa condition et d’ailleurs cela faisait déjà quelques heures que je l’attendais patiemment dans cette auberge. Autour de moi se trouvait un nombre incroyable de chasseur de pirates venu du quatre coins du globe, bien qu’ils ne semblaient s’entendre à merveille, ils partageaient les mêmes objectifs et festoyaient à leur nouvelle prise. Je me tenais quelque peu à l’écart, près de l’aubergiste qui semblait apprécier la joie et la bonne humeur des mercenaires qui animaient sa propriété.



« Cela faisait un moment qu’on avait pas eu autant de client, ça fait vraiment plaisir. » Fit-il, d’un léger sourire. « Vous êtes aussi un chasseur de prime ? » Demanda -t-il, tout en préparant ma commande.



« Moi ? Nonnnnnnnn pas vraiment … » Fis-je d’un air gêné. « Mais je les admire beaucoup. » Poursuivis-je, d’un léger sourire hypocrite.


Bien que je n’appréciais, en tant normal, les chasseurs de pirate, je ne pouvais me permettre de dire du mal à leur sujet, du moins pas sur cette île qui n’était autre que leur repère, le plus grand et le plus connu de grandline. Étant quelqu’un qui tenait beaucoup à la vie, mais surtout qui avait horreur des affrontements inutiles, j’estimais alors avoir pris la bonne décision en mentant à cet homme. Après tout ce n’était qu’un petit mensonge que je qualifierai de « nécessaire », puisqu’il avait après tout pour objectif d’éviter tout débordement, mais surtout de préserver la joie et la bonne humeur qui alimentaient cette auberge.  Quoi qu’il en soit, l’aubergiste m’apporta ma commande et continuait gaiement d’observer ses clients. Soudain, l’entrée de sa propriété fut brutalisée d’un coup de pied qui ne manqua de se faire remarquer dans toute la salle. Quelques secondes après, trois hommes pénètrent dans l’auberge, armés jusqu’aux dents. A première vu, ils donnaient l’impression d’être redoutables mais en regardant de plus près, une personne expérimenté se rendrait très vite compte de leur imposture. Quoi qu’il en soit, leur entrée perturba la fête, certains quittèrent très vite l’auberge, d’autres décidèrent de baisser d’un ton. Les trois lascars s’approchèrent près du bar de l’aubergiste, l’un d’entre eux me dévisagea pendant quelques secondes, avant de dégainer sa lame en arborant un léger sourire narquois.


« Regardez les gars, le vioc est en train de boire du lait HAHAHAHA !!! »  Lança -t-il d’un fou rire. « Dit, ça te dirait de te joindre à nous ? On va te montrer ce qu’il faut boire, ou plutôt ce que tout homme qui se respecte doit boire » Poursuivit-il d’un ton ironique.



« C’est vraiment sympa de votre part, mais non merci. Une autre fois peut-être … » Répliquai-je d’un large sourire.


« Oye Oye … Il semblerait que je me sois mal fait comprendre. » Fit-il, déposant légèrement sa lame près de ma tasse. « Ce n’était pas une invitation, mais un ordre ! Alors bouge ton cul avant que je m’énerve !! »  Poursuivit-il d’un ton menaçant.

« Sinon quoi ? Vous allez me tuer ? Alala décidément vous ne valez pas mieux que les pirates, vous les chasseurs de prime. » Déclarai-je d’un air sarcastique.


Mes paroles ne manquèrent d’atteindre toutes les personnes présentes au sein de l’auberge. Et peut-être même cette jolie demoiselle qui vint de pénétrer en ce lieu infesté de malfrat jouant les justiciers. Bien que je ne pouvais la contempler dans toutes ses formes, elle semblait avoir une certaine réputation et cela ne se voyait que trop bien sur tous les visages de ceux qui avaient remarqué sa présence. Pendant ce temps, l’homme qui se tenait face à homme perdit son sang-froid en laissant sa colère le dominer. Il m’agrippa par le col, avant de m’infliger un coup de poing qui m’envoya valser contre le mur. Toujours sous l’emprise de la colère, il saccagea le bar, puis se dirigeait une nouvelle fois vers moi afin de finir ce qu’il avait commencé. Ses deux camarades semblaient vouloir l’informer d’une chose pour le moins importante, au point d’en être tétanisé de peur. Ils bafouaient, tremblaient et avaient beaucoup de mal à s’exprimer correctement. De mon côté, je tins fermement ma canne entre les mains et je décidai de laisser cet abruti se défouler sur moi. Je réagirai si et seulement si ma vie venait à être menacé.



« Alors vieux schnoque, on fait moins le fier maintenant, hein ? » Lança -t-il. « Maintenant c’est trop tard, même si tu me supplies, je vais te tuer. Et pour ta gouverne, sache que je ne suis pas n’importe quel chasseur de prime. Je suis le grand et l’unique lieutenant de Crazy Longstone !! Osez nous comparer à des pirates est un grave affront que je me vois dans l’obligation de laver. »  Poursuivit-il, m’agrippant une fois de plus par le col. « HAHAHAHAHA !!! T’es vraiment qu’une lopette enfaîte. Tu te pisses déjà dessus alors que je n’ai même pas commencer … Tu fais vraiment pitié ** tfouu** !! »  Fit-il, accompagnant ses paroles d’un crachat qui ne manqua pas de se fixer sur mon visage.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://op-golden-age.forumactif.org

_______________________________________________
Shichibukai
Yu Belladone
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 24/05/2016

Feuille de personnage
Dorikis : 4472
MessageSujet: Re: The Hunt is On [Pv Musashi]   Lun 30 Mai - 10:32





 Rencontre et Prestige


Elle ne s'était guère attardée sur l'agitation ambiante, elle n'était pas intéressée par des cafards s'acharnant sur un homme. Ils transpiraient la faiblesse par tout les pores, se servaient d'armes massives pour tenter d'accroitre l'intimidation qu'ils pouvaient exercer sur les autres. Cela aurait été un spectacle parfait, sans aucune fausse note s'ils n'étaient pas entrain de tous jouer devant une corsaire particulièrement belliqueuse envers les vermines de ce monde.

Par ailleurs, alors que celui qui se prodiguait chef de la bande déblatérait encore sa merde, ses deux camarades avaient pu porter un œil sur Yu. La réaction fut radicale, voilà que les deux compères n'arrivaient même plus à articuler suffisamment de mot pour prévenir leur chef. Ils étaient plongés dans un état de profonde crainte, probablement qu'ils revoyaient la prime qu'elle avait eu sur sa tête seulement quelques mois auparavant.

Malheureusement pour Yu mais encore plus pour ces mercenaires de pacotilles, le choc que provoqua le corps de l'homme contre le mur fut suffisant pour renverser la tasse de thé de la demoiselle. Un affront avait été commis, et voyant l'air décidé sur le visage de la corsaire, les deux larrons qui avaient remarqué sa présence furent plongés dans une terreur encore plus profonde. Se levant de sa table, le colosse engrainait encore le vieil homme tandis qu'elle s'approchait délicatement de lui. Ce n'était probablement pas pour l'enlacer et il n'allait clairement pas apprécier l'expérience qui se profilait devant lui sans qu'il ne la remarque.

Elle parla alors de sa voix la plus douce lorsqu'elle savait qu'elle lui était audible :

- Il vaudrait mieux que tu relâches cet homme et que tu partes d'ici.

L'homme encore excité par ses excès de violences n'eut pas le réflexe logique de se rappeler qui elle était. Il se retourna vers elle et ne lâcha que quelques invectives :

- Dégage, ce n'est pas tes affaires la pimbêche.

Sur ses mots, l'auberge entière vint à couper son souffle. L'insulter de pimbêche devant elle ? C'était une première. Néanmoins, elle n'avait pas le sang chaud et elle laissa quelques secondes à l'énergumène avant de réaliser ce qu'il venait de faire. Et cela ne tarda pas, après seulement quelques instants, il lâcha l'homme qu'il avait prit en joug du poing et se mit à frissonner si ce n'était trembloter dans tout les sens.

Il ne voulait pas se retourner, il ne voulait pas confirmer ses terreurs les plus profondes. Toute l'auberge était d'ailleurs suspendue à cet instant précis. Rien que pour cette insulte, elle aurait pu mettre à feu et à sang cet endroit mais sa fureur était focalisée pour une fois sur une personne bien précise. Au final, il arriva quand même à lui faire face mais ses jambes vacillaient tellement qu'il paraissait bien moins grand tout de suite.

- Excu - excu -excusez m-m-m-moi...

Tiens, lui aussi souffrait du même syndrome que ses camarades. Apparemment, il était courant de perdre absolument tout ses moyens lorsque l'on était mercenaire et que l'on faisait face à une cible bien trop grosse pour soi. Avec un tact et un sang froid qui faisaient parti tout deux de son arsenal, la corsaire s'approcha du balourd et vint jusqu'à lui murmurer quelques mots à l'oreille tandis que lui était tétanisé.

- Pars, ne reviens pas, ne me croise plus jamais sur ton chemin. Sinon, je me ferais un plaisir d'écraser ton cœur et de le déchirer. Et tu sais que cela serait encore l'un des meilleurs destins qui pourraient t'attendre. Alors dégage.


Elle ne voulait pas le tuer, pas faire fuir un éventuel informateur ayant ce qu'elle recherchait. Dans n'importe quelle autre situation, ce misérable ne serait déjà plus dans ce monde et ses cris de douleurs auraient servi de nouvelle hymne à cette île. Dans tout les cas, bien que fébrilement, il dégagea de la taverne en ne prenant même pas la peine de récupérer ses babioles. Les deux sbires le suivirent aussitôt.

Soupirant, de son coté, pour accélerer le retour du calme, elle montra qu'elle n'avait plus aucune animosité pour le moment en commandant seulement un second thé. Regardant l'homme qui foulait encore le sol de son postérieur, elle prit aussi commande pour lui :

- Tu ne devrais pas rester au sol éternellement.

Elle lâcha un sourire doux et charmeur pour au final se rassoir au même endroit que préalablement tout en invitant le beau blond à l'accompagner dans sa dégustation. Au moins, il allait pouvoir lui tenir compagnie en attendant de trouver ce qu'elle avait à trouver. Elle espérait au moins qu'il est le respect de se présenter à elle. Lui qui de son coté connaissait probablement déjà toute l'identité de la corsaire.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
Civil
Kouzuki Musashi
avatar
Messages : 94
Date d'inscription : 25/04/2016
Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis : 2850
MessageSujet: Re: The Hunt is On [Pv Musashi]   Jeu 2 Juin - 2:13


☼ WHISKEY PEAK  ☼
Rencontre & Prestige


► Feat. Yu Belladone



▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒


Je ne pouvais qu’être consterné par les propos de mon détracteur … Comment pouvait-il en être autrement, surtout devant tant de stupidités, tant de contradictions ? En effet, la colère s’était emparé du chasseur à un point qu’il ne s’imaginait pas un seul instant me laisser la vie sauve, mais pourtant qu’avais-je fait de condamnable ? Je n’avais proféré aucune injure à son encontre, ni lui avoir chiper quoi que ce soit, et encore moins ôté la vie de qui que ce soit. Méritais-je la mort pour n’avoir fait que d’user de ma liberté ? Ma liberté de pensée, de m'exprimer, mais surtout d'être et de rester libre …  Le comble dans tout cela ce que mon bourreau se vantait de n’avoir aucun point en commun avec ceux qui se faisaient appeler « les pirates », mais pourtant son comportement, son extrémisme et ses propos le rendait d’autant plus horrible et abjecte que pouvait l’être ces barbares. A mes yeux, cet homme était l’archétype du malfrat « sanguinaire », sans une once de compassion pour ses compères et ses frères en humanité. Néanmoins, il lui manquait deux choses d’une importance cruciale pour figurer dans la hiérarchie de ces personnes qui n’avaient ni loi, ni foi, à savoir le charisme et la détermination. En effet, bien qu’il donnait l’impression d’être cruel, il ne m’inspirait ni respect ni peur, mais plutôt de la pitié. Je percevais clairement le manque de confiance en lui, qu'il tentait d'ailleurs de dissimuler tant bien que mal en se donnant des grands airs.

Quoi qu’il en soit, je ne comptais pas me laisser malmener plus longtemps. Ma vie était désormais « menacer » par cet ignoble chasseur, je me devais donc de réagir ne serait-ce que pour éviter de me faire égratigner par sa lame. Alors qu’il s’élança dans sa folie, tenant fermement son arme entre les deux mains et criant aveuglement et presque de toutes ses forces, il fut, contre toute attente, interrompu dans son entreprise. Une petite silhouette se tenait derrière lui, son immense taille ne me permettait pas de la distinguer clairement, néanmoins je pouvais clairement voir sa main posée sur l’épaule du chasseur. Je me demandais de qui pouvait-il bien s’agir ... Cette personne avait-elle conscience de la dangerosité de son action ? C’était alors qu’une douce et agréable petite voix se fit entendre, demandant au barbare de s’en aller sur le champ. Bien que la voix soit apaisante, le ton restait très menaçant au point que moi-même j’avais eu des frissons. Notre lascar, abruti qu’il était ne s’était même pas donné un instant de réflexion, insultant violemment la personne qui se tenait derrière son dos.

Soudain, il se rendit compte de sa bêtise et se mit à trembloter comme une feuille. L’atmosphère de la salle changea complètement, j’avais l’impression qu’une aura oppressante cherchait à m’étouffer. Tout laissait à croire que c’en était de même pour les autres personnes présentes dans l’auberge, d’ailleurs certains prirent leurs jambes à leur cou, d’autres se cachèrent sous la table. Je ne comprenais pas réellement ce qui se passait, mais j’étais persuadé que la jeune femme était à l’origine de ce soudain changement. Le chasseur, se rendant compte de sa bêtise, il chercha alors tant bien que mal de s’excuser auprès de la mystérieuse « dame ». Aussitôt, elle s’approcha de lui en lui murmurant quelque chose à l’oreille .. Chose qui obligea le chasseur à prendre ses jambes à son cou, laissant derrière lui ses deux sbires et son arme qu’il semblait tant y tenir.

Désormais, il n’y avait aucun obstacle pour m’empêcher de contempler le visage, si je puis dire, de la femme qui me sauva la vie. D’ailleurs, la première chose qui me vint à l’esprit lorsque mon regard se posa sur son visage, était la rose. Elle en était digne, il suffisait seulement de voir la force et le charisme qu’elle dégageait, la peur et le respect qu’elle inspirait, mais surtout la beauté et le désir qu’elle procurait aux quelques courageux qui l’entouraient. Inconsciemment, un large sourire se dessina sur mon visage et contrairement à ce que vous pourrez penser, je n’étais nullement sous l’emprise de la passion, mais plutôt sous celle de la contemplation, mieux encore celle de de l’admiration, voire même celle de la fascination. Contre toute attente, la jeune femme à la beauté divine jeta son regard dans ma direction, puis elle se décida, d’un pas après l’autre, de progresser sereinement vers ma position. Sa démarche était digne d’une impératrice, d’ailleurs elle me rappelait terriblement l'épouse du Shogun de mon pays. Ce qui expliquerait peut-être la fascination qu’elle me procurait au point que j’omis totalement de quitter la position dans laquelle je me trouvais.

Pendant ce temps, certains chasseurs décidèrent de sortir de leur terriers, saisissant certainement que la jeune femme n’avait aucune intention hostile à leur égard. Puis d’autres, tels des vautours, ils s’approchaient dangereusement de l’impératrice. Ils semblaient totalement sous l’emprise de la passion, du désir, suffisait simplement de voir leurs agissements pour s’en rendre compte. Bref, désormais elle se tenait à quelques centimètres de ma position, m’invitant, contre toute attente, de me joindre à elle. L’agréable sourire qui accompagna son invitation ne manqua pas de se faire remarquer, créant d’ailleurs en mon esprit une douce et légère petite brise parfumée au fleur de cerisier de ma patrie, pendant que d’autres s'imaginaient au septième ciel...



« Merci ! » Fis-je, d’un large sourire.


Prenant légèrement appuie sur ma canne, je pus aisément abandonné la désagréable posture dans laquelle je me trouvais. J’essuyai légèrement le sang qui dégoulinait de la commissure de mes lèvres, récupérant au passage mon bob qui s’était envolé lors de ma chute. Marchant désormais derrière l’impératrice, j’observais avec beaucoup d’attention le comportement des personnes qui nous entouraient, mais encore plus celle de la jeune femme. Ce qui m’intriguait c’était son identité, car dans cette auberge tout le monde semblait la connaître, sauf moi bien évidemment. Je devais certainement payer les conséquences de mon boycottage du journal, à moins que … Quoi qu’il en soit, nous gagnâmes la table de l’impératrice, et j’attendis d’obtenir l’autorisation avant de m’installer face à elle, sous les regards, si je puis dire, « jaloux » des autres. Peu à peu, les gens retournèrent à leur occupation, ayant certainement saisis qu’ils n’avaient aucune chance avec la déesse de la beauté, mais surtout que le moindre débordement de leur part pourrait éveiller la tigresse qui sommeillait en elle. Bref, de mon côté, j’ornai ma tête de mon couvre-chef, adoptant au passage un air on ne peut plus sérieux en vue de me présenter à mon nouvel ange « gardien ».

« Kouz’... » Fis-je, avant de me rendre compte de la bêtise que j'allais faire... « Je tiens sincèrement à vous remercier de ce que vous avez fait, sans vous je pense que je ne serai plus de ce monde... » Repris, d’un air sincère. « Excusez-moi de mon impolitesse, je me nomme Musashi et je suis un professeur d’histoire venu tout droit de l'île d'Ohara. » Poursuivis-je, tout en ajustant mon drôle de kimono.



« Et vous jeune demoiselle, qui êtes-vous ? Vous semblez jouir d’une certaine réputation dans ce coin et pourtant votre visage ne m’est pas familier. D’ailleurs, si je n’avais vu la réaction de ces hommes, j’aurai certainement parier que vous viendriez d’un autre monde… » Achevai-je, d’un ton sarcastique, ajustant par la même occasion mon sourire.




▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒▒


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://op-golden-age.forumactif.org

_______________________________________________
Shichibukai
Yu Belladone
avatar
Messages : 37
Date d'inscription : 24/05/2016

Feuille de personnage
Dorikis : 4472
MessageSujet: Re: The Hunt is On [Pv Musashi]   Sam 4 Juin - 0:43





Rencontre et Prestige


Yu venait siroter son thé avec une certaine allégresse et une candeur certaine. Son interlocuteur tranchait avec la crasse et la puanteur de l'auberge, vrai nid à rat. Elle avait l'habitude de loger dans les palais les plus somptueux, ce n'était qu'une question de temps avant que cela ne redevienne son quotidien. La seule dorure dont elle devait se contenter en cet instant était celle qui logée sur le crâne de l'homme qu'elle avait sauvé. Il la remercia dans un premier temps, pour son intervention. Elle ne l'avait pas fait pour lui, elle ne faisait jamais rien pour personne après tout. Dans le malheurs de cet homme, elle avait juste trouvé le moyen de faire d'une pierre deux coups, une action davantage dictée par son cerveau que par ses sentiments. Quand bien même elle en aurait...

Et il se présenta, un historien qui n'avait rien faire dans ce repère de pouilleux. Sa présence était presque tout aussi contrastée que celle de Yu. A l'inverse cependant, la sienne semblait tendre à se faire dévorer comme le montrait le précédent accident. Tandis que Yu imposait sa loi là où elle marchait, était d'une terreur suffisamment puissante pour balayer tout les soucis éventuels qu'une jeune femme comme elle aurait pu avoir. Enfin bon, elle avait passé ses dernières années de sa vie à nourrir cette image d'un démon sanglant apparaissant sous les traits de la plus divine des manifestations.

Une réputation que ne semblait pas connaitre le blondinet, accroissant davantage la curiosité qu'avait Yu pour cet individu. Il la complimenta bien entendu, comme tout les hommes avant lui. Elle avait l'habitude de ce genre de compliment, affichait un sourire pour interpréter son rôle à merveille. Mais, elle n'en avait que faire, seul le sien lui importait, elle était vouée à régner sur ce monde après tout, elle se nourrissait du regards des autres alors qu'elle en était totalement détachée. Néanmoins, l'historien avait réussi à lui soutirer une once de sourire sincère, exploit que peu avait pu commettre auparavant.

Elle l'aimait bien ce blondinet, enfin, disons qu'elle ne le détestait pas et qu'elle n'avait pas besoin de le supporter car jusqu'alors, il avait été agréable. Elle n'avait pas l'envie de la mariner, ce n'était ni dans son intérêt du moment ni dans celui futur. Une rencontre comme celle-ci aurait du finir avec la même rengaine. Le soir, elle l'aurait entrainé jusque dans ses appartements pour finalement lui briser le cœur dans tout les sens que son vocabulaire lui permettait d'exprimer.

Buvant une autre gorgée, elle se certifia qu'elle ne lui ferait pas de mal et profiterait de sa présence autant que le destin pouvait lui permettre :

- Mon nom ? C'est une demande que me l'on fait rarement.

Elle lâcha un léger rire cristallin, véritable délice pour les oreilles. Finissant son thé à vive allure, elle vint alors à la conclusion que se présenter n'était pas plus mal.

- Je suis Yu Belladone, enchantée.

Elle lâcha un sourire charmeur avec un brin de malice vers l'historien. S'il ne l'avait pas reconnu physiquement, son nom par contre avait été une véritable gangrène qui avait germé dans l'esprit de chacun. Si même après cela, il n'était pas capable de deviner qui elle était, alors il n'était qu'un ignare ne méritant pas de savoir à qui il avait à faire. Après tout, il était encore devant elle alors qu'elle n'attendait rien de lui. Quiconque dans sa position aurait déjà fini dans son filet depuis bien longtemps.

- Mais que fait un historien dans ce trou à rat ? Je suis curieuse de savoir la raison de ta venue ici.

Elle instaurait un dialogue sans aucune animosité dans ses mots. Après tout, discuter pour passer le temps n'était pas une si mauvaise chose en soit...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The Hunt is On [Pv Musashi]   
Revenir en haut Aller en bas

_______________________________________________
 

The Hunt is On [Pv Musashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Tochiro Musashi
» Balade clandestine dans Shibusen [Musashi / (Zeus?)/ Blair]
» The Hunt for Gollum
» [Validée]Les Techniques de Musashi Miyamoto
» James Hunt, le Lycanthrope aux yeux d'argent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Grand Line :: Première Voie :: Whiskey Peak-