Partagez | 
 

 L'homme et le singe [Amiral]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Révolutionnaire
Isbjörn Saul
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 25/05/2016

Feuille de personnage
Dorikis : 2705
MessageSujet: L'homme et le singe [Amiral]   Mer 8 Juin - 16:02

La mer était calme, c'était bon signe. Les marins ont l'habitude de voir en une mer calme le symbole d'une journée de même augure. Légitime, non ? C'est de la même veine que "se lever du pied gauche", ou "croiser un chat noir". Simple superstition, mais qui suffit à certains pour se sentir mieux et appréhender les événements avec plus de sagacité. Sur cet océan d'un bleu unique, troublé seulement par le doux roulis des vagues, voguait un bateau n'arborant aucun pavillon. De facture on de ne peut plus classique, il passait pour un navire marchand de plus, transportant quelques ressources exotiques pour sa prochaine destination, une île dont la silhouette se découpait déjà à l'horizon, si singulière et reconnaissable. Le Royaume de Bliss s'approchait, ombre menaçant.

Saul avait toujours ignoré les faits qu'on lui présentait comme des présages. Il avait pour philosophie de vie de ne pas se laisser porter par des croyances aussi infondées qu'invérifiables. Il leur préférait largement les événements concrets, les preuves scientifiques. Aussi, il resta de marbre quand ses compagnons de voyage commencèrent à se réjouir du beau temps et du climat propice à la navigation. Quel intérêt y avait-il à s'extasier devant des choses somme toute très banales ? Elles n'allaient pas faire changer le monde.

Comme le lecteur l'aura sans doute déjà deviné, le bateau qui s'avançait calmement du Royaume de Bliss était un bâtiment de la Révolution camouflé sous de fausses-apparences. Pour des raisons évidentes, les Révolutionnaires ne pouvaient pas se permettre de faire flotter l'étendard auquel leur coeur appartenait. Les navires du Gouvernement étaient trop nombreux sur les eaux pour pouvoir s'afficher en toute sécurité. Même si elle gagnait peu à peu du pouvoir, la Révolution était encore un fragile édifice, qui n'avait pas bénéficié du ciment des âges. Certes, elle tenait sous sa coupe plusieurs îles, mais pouvait-elle s'assurer leur fidélité pour une longue période ? Si elle négligeait quelques-unes de ses colonies, le prix de cet oublie finirait tôt ou tard par lui retomber sur le coin du nez. C'est donc en équilibre relativement précaire que les Révolutionnaires continuaient à mener leurs missions de renversement du Gouvernement, bien que la plupart d'entre eux n'aient pas conscience de la situation de l'organisme.

Les rebelles finirent par débarquer sur un coin isolé de l'île. Ils préféraient, en toute logique, éviter de mouiller au port principal. Ils risqueraient trop de se faire repérer, en dépit de leur couverture assez solide. Là, à moins que le tyran Atlante n'ait mis en place un système de patrouille particulièrement efficace, ils devraient rester dans l'ombre.

La mission qui occupait tout ce bel équipage était des plus classiques. Une femme, agent de la Révolution, avait été faite prisonnière dans une tentative de putsch contre le pouvoir en place. Il s'agissait de la faire évader et de la mettre en lieux sûrs. Une mission de sauvetage finalement classique, mais qui présentait tout de même son lot de problématiques. Il s'agissait de ne pas attirer l'attention, que ce soit avant ou après libération de la prisonnière. Il ne fallait laisser aucune trace de quelque mode opératoire, pour éviter de divulguer les moyens dont disposaient la Révolution, tout en amassant des informations en vue de futures tentatives de coup d'état.

Saul fut délégué pour partir en reconnaissance de la prison où ils interviendraient le soir même. Il se dirigea vers le bâtiment indiqué, encapuchonné de telle façon qu'on ne puisse distinguer son visage. Il arriva vite à la ville, qui recouvrait la majorité de l'île, qu'il parcourut de long en large, cherchant sans succès un pénitencier du regard. Même s'il n'aimait pas les Atlantes, pas particulièrement, en tous cas, il devait admettre qu'ils avaient leur chic pour la discrétion et la prévoyance d'attaques. La ville était entourée de murailles solides, et il aperçut, malgré la foule, de nombreux soldats armés qui parcouraient les rues, l'oeil aux aguets. Saul parvint cependant à éviter ceux-là, en se faufilant toujours plus profond dans les miasmes de la populace.

Finalement, au détour d'une ruelle, dans laquelle il s'engouffra pour éviter d'être interpellé par une énième patrouille, il crut distinguer une silhouette familière. Il hésita un instant à se détourner de l'objectif principal qui l'amenait là, mais se résolut assez vite à suivre cette mystérieuse carrure. En effet, il ne s'agissait pas, à première vue, d'un humain. C'était impossible, en tous cas. Les épaules étaient trop larges, le dos trop voûté et puissant pour qu'il puisse s'agir d'un être humain. Or, tous ces détails ne faisaient que confirmer la première impression de Saul. Au fil de sa filature, il détailla la masse corporelle de cette créature, jusqu'à avoir la certitude qu'il s'agissait de celui qu'il avait bel et bien reconnu.

A l'angle d'une rue, il s'approcha du primate, et lui glissa à l'oreille:

"Je sais qui tu es, Amiral."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

_______________________________________________
 

L'homme et le singe [Amiral]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» [Validée]Gingi yamada
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Monture sang-froid et homme lézard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Role Play :: Les Quatre Océans :: South blue :: Royaume de Briss-